Alpine Trilogy, prix du public aux Rencontres Ciné montagne de Grenoble : Les secrets du tournage avec le réalisateur Morgan Monchaud

Nov 15, 2021 | Paroles de Réal

C’est un film qui fait rire autant qu’il impressionne. Les spectateurs des Rencontres Ciné Montagne de Grenoble 2021 ne s’y sont pas trompés en lui décernant le Prix du Public. Alpine Trilogy retrace l’ascension de trois voies parmi les plus difficiles des Alpes (toutes en 8b+), par les grimpeurs belges Nicolas Favresse et Sébastien Berthe qui relient les différentes parois à vélo, accompagnés de leurs chiens. Des « boules de poils » qui justement ont été choisies comme fils conducteurs pour le film (et le clip !) réalisé par Morgan Monchaud, Brian Mathé et Damien Largeron.

Comment est née l’idée de ce film ?

Morgan Monchaud : J’avais rencontré Nicolas Favresse en 2015 au Festival du Film d’aventure de la Réunion, on avait bien sympathisé et on est resté en contact. A l’été 2020, entre deux confinements, Nicolas et Sébastien sont partis faire cette trilogie alpine (NDLR : Silbergeier en Suisse, de Der Kaiser’s neue Kleider en Autriche et End of Silence en Allemagne) avec Damien Largeron, qui est photographe et qui a aussi tourné des images. Au retour, Nicolas m’a contacté car ils avaient besoin d’aide pour réaliser le film de leur aventure. Je fais partie de l’équipe Solidream, nous avons nous-mêmes fait des films sur nos propres itinérances à vélo mais nous n’avons pas l’habitude de produire pour les autres. C’est par amitié que nous avons relevé le défi et on s’est régalé !

Comment s’est construit le film ?

Morgan Monchaud : Ils nous ont envoyé les rushes et sont venus nous voir pour nous raconter leur expérience. Il nous a tout de suite semblé que la place de leurs deux chiens était primordiale dans l’histoire, mais malheureusement ils ne les avaient pas beaucoup filmés, trop occupés à pédaler et à grimper. Donc nous leur avons proposé que ce soit les chiens qui racontent l’histoire ! Ce sont des acteurs de Montpellier qui ont doublé Kroux et Bintje.

Mais au fait, pourquoi emmener des chiens dans cette trilogie ?

Morgan Monchaud : Sébastien voulait enchainer ces trois voies mythiques depuis longtemps, mais peu avant de partir, son partenaire s’est désisté. Il a contacté Nicolas qui a accepté de l’accompagner, à condition d’emmener sa chienne qu’il ne voulait pas laisser pendant deux semaines. Du coup, Sébastien a décidé d’emmener son chien aussi. Nicolas a pu se faire prêter une carriole pour bébé, Sébastien en a bricolé une à la dernière minute pour parcourir les 400 km à vélo qui séparent les trois voies !

Vous ne craignez pas que certains défenseurs des animaux s’émeuvent de voir des chiens attachés toute la journée au pied d’une voie en attendant leurs maitres ?

Morgan Monchaud : On s’est vraiment posé la question ! Mais on pense que c’est une belle vie pour ces chiens, ils sont au grand air avec leurs maîtres. On assume ! Aucun des deux chiens n’a été blessé pendant cette trilogie.

L’humour devait lui aussi tenir une place essentielle ?

Morgan Monchaud : C’est inévitablement un film drôle car Sébastien et Nicolas font sans cesse les pitres (NDLR : Nicolas Favresse a déjà démontré ses qualités de clown musicien dans les films de ses expéditions avec Sean Villanueva, tels que China Jam https://alpinemag.fr/china-jam/). Le film est à leur image…

Sans oublier la performance ?

Morgan Monchaud : Effectivement, on voulait vraiment montrer leur performance qui est impressionnante – aucun grimpeur n’avait jamais enchaîné cette trilogie dans la même saison – mais on ne voulait pas que ce soit le point le plus important du film. On a quand même décidé d’ajouter leur ascension d’Odyssée dans la face Nord de l’Eiger (33 longueurs), qu’ils ont réalisée dans la foulée de la trilogie alors que ce n’était pas du tout prévu au programme. C’est un bonus !

Le clip d’Alpine Trilogy : https://solidream.net/clip-alpine-trilogy-doggystyle-des-pedales-nos-boules-de-poils/

Propos recueillis par Sophie Cuenot, coordinatrice du FODACIM.